Un dimanche à Giverny : Moteurs et Impressionnisme

Profitant d’une belle journée ensoleillée de septembre, mon épouse et moi décidons d’aller faire un tour de moto à Giverny, pays de Claude Monet, peintre impressionniste. En fait, l’idée avait germé bien plus tôt quand Patrick (R)nous avait envoyé une affiche pour une exposition :  Le moteur est dans le Pré

Partie 1 : Le moteur est dans le pré

Partie 2 : Jardins et Maison de Claude Monnet

Affiche
Affiche Le moteur est dans le pré 2021

Etant intéressé, entre autres, par les moteurs, motos, mécanique, c’était l’occasion de joindre l’utile à l’agréable et de visiter également la maison et les magnifiques jardins de Claude Monet.

Après 1h30 de balade à moto dans la verte campagne allant de Plaisir à Giverny, nous arrivons sur le coup de midi, le timing est parfait pour commencer par un repas en terrasse ombragée à la Brasserie des Artistes. Pour mémoire, on est dans l’après Covid et la sensation de liberté retrouvée est bien agréable.

Un pré pour des moteurs
Un pré pour des moteurs

Ensuite nous retrouvons dans le pré, Patrick (R) qui est aux commandes de la sonorisation. C’est une exposition de moteurs statiques utilisés dans l’agriculture, les ateliers, les petites industries.  Généralement le moteur entrainait à l’aide d’une poulie, une pompe à eau, un moulin à farine, une scie à bois, bref tout ce qui nécessite une force bien supérieure à ce que pouvait produire un humain ou un animal. L’avantage étant que le moteur est infatigable et pouvait être déplacé d’un poste à l’autre selon les besoins. Pour cela, les moteurs étaient très souvent montés sur des chariots à roues métalliques principalement pour les « petits » moteurs de 1 cheval à 10 chevaux.

Le moteur est dans le pré
Le moteur est dans le pré sur roulettes
Diversité des moteurs
Moteur dans le pré Renault Billancourt ou Dresden

Au-delà de ces puissances les moteurs étaient trop lourds, 1 tonne et bien plus, ils étaient alors installés à poste fixe comme   pour un générateur électrique, ou pour entrainer par un jeu d’arbres et de poulies pour tout un atelier, par exemple.

 Dans cette exposition les moteurs étaient de type, essence ou diesel, couvrant la période de 1900 à 1960 environ, la période de gloire de ces moteurs étant plutôt de 1930 à 1950. Les moteurs à vapeur, n’étaient pas utilisés pour ces applications.

Les exposants sont principalement des retraités totalement passionnés qui viennent exposer leur matériel, mais surtout les faire tourner. Ils sont bien prompts à vouloir vous expliquer comment tout cela fonctionne. Bruit feutré et fumet d’huile et  de diesel sont délivrés à volonté. L’ambiance est très bonne enfant, un peu comme lors d’une kermesse.

Nota :

A l’époque, les rendements des moteurs étaient faibles, les matériaux moins résistants et donc les moteurs étaient massifs avec de lourds volants d’inertie. Un moteur de 5 ch pouvait peser 200kg, aujourd’hui un moteur de motoculteur ou de tondeuse de 5 ch peut peser 10 à 15 kg.

Sur les photos vous verrez beaucoup de bouteilles de gaz, car certains moteurs ont été modifiés pour fonctionner au gaz, moins de fumée, moins de bruit, plus facile à utiliser.

Question : Mais pourquoi cette exposition se passe-t-elle rituellement tous les ans au début septembre, à Giverny, au pays des Impressionnistes ?  C’est une bien curieuse association ???

En fait Giverny abrite un musée : le   Muséum de Mécanique Naturelle qui possède plus d’une centaine de moteurs statiques. Les visites, elles, ne sont pas statiques, car les guides font du zèle et prennent un malin plaisir à faire tourner quelques moteurs pour égayer les visites.

Nous avons aussi rencontré Claude (P) et Guy (L) qui étaient là pour une visite guidée au muséum par Patrick (R). S’en est suivie une collation pour se désaltérer ( il fait bien chaud)  et aussi se raconter les bonnes histoires de JCDecaux .

Partie 2 : Jardins et Maison de Claude Monnet

Maison Claude Monet à Giverny

Toutes les bonnes choses ayant une fin et mon épouse n’étant pas aussi intéressée que moi par les moteurs, nous prenons congés de notre hôte pour la deuxième partie de l’après-midi et partons faire la visite de la maison et surtout des magnifiques jardins et de l’étang « impressionniste ».

 Les jardins et le plan d’eau sont magnifiques, encore au début de septembre, et on comprend où Claude Monet trouvait l’inspiration.

Les photos parlent d’elles même, magnifique, le terme n’est pas trop fort.

Maison Claude Monet Salle à Manger
Maison Claude Monet : Cuisine
Jardins de Giverny
Jardins de Giverny
Plan d’eau immortalisé par Emmanuel quelques années après les essais de Claude Monnet

Epilogue

Merci à Emmanuel et Gisèle de nous avoir fait (Re) découvrir Giverny de Monet aux moteurs, dont les plus anciens moteurs que Claude Monet à probablement vu sinon entendu !

Si vous avez deux minutes pour en savoir plus sur Claude Monet : https://www.beauxarts.com/grand-format/claude-monet-en-2-minutes/

Si vous avez plus de deux minutes, alors, parcourez la toile pour voir ses 1365 œuvres … Dont une grande quantité sur la Normandie et plus particulièrement au Havre … Ne lui doit-on pas « Impression, Soleil Levant » qui a lancé le mouvement impressionniste en 1872 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *