Bénévolat et Retraite 

Jean-Pierre est un bénévole professionnel !

Nous lui avons demandé de nous présenter ses activités bénévoles en 2018.

C’est un agenda de ministre, il touche à tout, au montage, à la sécurité, à la vente, à la surveillance, aux arts graphiques, à l’électricité…

Pour vous donner une idée voici les grandes lignes de ses rendez-vous 2018

  • 13 au 30 janvier : l’Open de Tennis Rennes.
  • Du 5 au 12 février : la Fed Cup (Coupe Davis féminine).
  • Le 6 mai : Une rencontre de nationale, de tennis féminin
  • Du 22 au 26 mai : L’Open de Vendée (Tournoi de tennis PMR)
  • Le 25 mai : Meeting international d’athlétisme à La Roche sur Yon (en soirée)
  • Le 3 juin : Une rencontre de nationale, de tennis féminin
  • Du 16 au 1er juillet : La Golden Globe Race.
  • Du 02 AU 20 Juillet : Réparation du bateau « 007 »
  • Le 25 juillet : Organisation journée de kayak
  • Août et Septembre : Intermittent ostréiculteur
  • Du 28 octobre au 13 novembre : Internationaux de Tennis de Vendée.
  • Le 2 décembre : juge-arbitre (championnat de pré-nationale)
  • Le 6 décembre : Téléthon du Tennis Club Olonnais
  • Le 24 décembre : Père Noël des ostréiculteurs de port de la Guittière

Jean-Pierre nous explique comment il en est arrivé là :

L’article est disponible au format PDF pour vous faciliter la lecture et/ou imprimer

Il suffit de cliquer ICI Le bénévolat et la retraite

En quelques mots, des anecdotes, des rencontres, de l’énergie, de la passion

Qui suis-je ?

Certains se rappellent certainement des activités sportives que j’animais dans l’entreprise !

Au travers de la « Section athlétisme » de l’association sportive JCDecaux, j’ai créé une course pédestre, « La Foulée de Sainte Apolline », course qui se déroulait dans la forêt du même nom et proche du bureau d’étude. Cette section a participé à de nombreuses courses hors stade et quelques marathons. Puis chaque année, j’emmenais un groupe, qui représentait l’entreprise, sur la course mythique : Paris-Versailles.

Toujours à travers l’association sportive JCDecaux, j’ai engagé la section athlétisme dans un 24H de course au profit du Téléthon. Ce fut une grande aventure qui dura plus de 10 ans et à laquelle Monsieur Jean-Claude DECAUX a vite adhérée, nous apportant son soutien et, la troisième année, il signe un partenariat avec l’AFM (Association Française contre les Myopathie), qui est toujours de vigueur aujourd’hui.

Dans cette aventure, je dois beaucoup à Monsieur Jean-Claude DECAUX et à l’entreprise ! Grace à leur engagement, notre section a réalisé, chaque année, la plus importante collecte de dons en région parisienne. Notre record a été, sous le nom de l’équipe « Courir pour un enfant Tel Est Ton Plaisir » de 36 000 euros.

Plus de 10 années à animer, organiser, se mobiliser ! Comment voulez-vous, une fois en retraite, ne plus donner de son temps, ne plus se passionner pour quelque chose ? Non, je crois que j’en suis incapable…

Une retraite délocalisée

Depuis mon départ en retraite, j’ai quitté la région parisienne pour la Vendée. Terre ou le mot bénévole veut dire quelque chose ! C’est en Vendée qu’il y a le Puy du fou, avec la Cinéscénie, formidable spectacle nocturne qui nécessite de 1 500 à 2 000 bénévoles chaque soir, durant tout l’été…

Je n’ai pas rejoint le Puy du Fou, ni la Cinéscénie, mais la Vendée recèle tant de manifestations, d’évènements, sportifs, culturels, que le choix est facile.

Retraité bénévole, une passion

En 2016, j’ai été bénévole durant 3 semaines pour le Vendée Globe. Superbe aventure et des souvenirs pleins la tête. Pas que dans la tête, d’ailleurs, j’ai fait toutes les arrivées et réalisé plus de 5 000 photos. (Je peux vous faire parvenir les photos  sur demande par wetransfer – Ecrivez-moi ).

Bien évidemment, je suis plus souvent sur des activités sportives. Je ne cours plus, mes articulations n’ont plus 20 ans, mais néanmoins je joue régulièrement au tennis et, occasionnellement, je fais du vélo. C’est donc tout naturellement que je suis adhérent d’un club de vélo et de tennis.

Dans le club de vélo, je suis sur toutes les animations pour les aider. Avant l’animation, je suis aux installations, balisage, montage de diverses structures etc… Puis le jour de l’animation, je suis souvent le photographe de service.

Avec cette association, tous les jeudis, lorsque le temps le permet, nous nous relayons pour accompagner des handicapés, lors de sorties à vélo.

Pour le tennis, je fais beaucoup plus de chose ! Et peut être, prochainement, intégrer le Conseil d’Administration de mon club. Pour le club, je suis le webmaster, le photographe, le créateur d’affiche, le rédacteur d’articles de presse. J’organise des tournois homologués FFT, je suis juge arbitre tournoi 2ème échelon… (JAT2)

Pour la FFT (Fédération Française de Tennis), je suis également juge arbitre équipe (JAE2), je juge arbitre des rencontres, régionales et nationales. C’est l’occasion de rencontrer des joueurs, des joueuses d’un niveau de tennis bien au dessus du mien. Retraité, mais tout le temps avec des jeunes ! On oublie son âge…

Depuis 6 ans, je suis bénévole sur les Internationaux de Tennis de Vendée ! Cet engagement est un des plus importants. Combien de temps pourrais-je le faire ? C’est un engagement d’une vingtaine de jours, qui demande une bonne condition physique. Je suis sur le terrain de 12 à 18 heures par jour.

Je suis responsable des bénévoles, pour le montage et démontage, la partie la plus dure pour les bénévoles, car très physique. Nous montons trois terrains de tennis, avec tout ce qu’il y a autour. Nous installons les loges, nous posons de la moquette, nous manipulons du mobilier, etc.

Pendant le tournoi, je suis responsable des bénévoles pour la sûreté et le parking. Je suis également avec la COM, je réalise pratiquement la totalité des affiches, j’aide souvent pour la préparation des logos des partenaires.

Je suis aussi sur les animations ! Celle que je préfère, c’est le « Kids Day », la journée des enfants des clubs de la région. C’est une journée magique, des enfants fous de joie de rencontrer des joueurs professionnels, d’échanger des balles avec eux.

En 2017, le jour des finales, nous avions Henri LECONTE. J’avais la charge de l’accompagner durant toute l’après midi, inutile de dire que je ne me suis pas fait prier ! C’est aussi ça le bénévolat, quelques avantages.

Mes années dans l’entreprise JCDecaux m’ont renforcé ! Ce que j’avais déjà un peu, la rigueur et le travail bien fait… Pas toujours compris des personnes qui peuvent m’entourer (…), mais très apprécié des responsables de manifestations. C’est le cas du Directeur du tournoi des ITV qui, à la fin des ITV 2017 m’a déclaré qu’il souhaiterait que je vienne le rejoindre sur l’Open de Rennes. Tournoi breton qui se déroule la deuxième quinzaine de janvier, équivalent aux Internationaux de Tennis de Vendée.

Après réflexion, fin décembre j’ai décidé d’accepter cette proposition et vivre une nouvelle aventure dans un lieu que je ne connaissais pas, avec des bénévoles que je ne connaissais pas.

J’avais, presque, les mêmes responsabilités qu’aux ITV, à une exception prêt, je n’avais pas la responsabilité des bénévoles pour le montage/démontage, un bénévole local le faisait depuis plusieurs années, je le secondais. Par contre, j’avais en plus, la gestion de la restauration des bénévoles durant la semaine de montage.

En 2017, du 5 au 11 juin, j’ai participé aux JOCA, Journée Omnisport du Crédit Agricole. Une manifestation organisée par une association interne au Crédit Agricole. Elle se tient tous les deux ans, à différents lieux. Cette fois-ci, Talmont Saint Hilaire avait été choisi pour ces journées de sport. Plus de 3 000 participants, un événement important à mettre en place. Un chapiteau de plus de 5 000m² a été installé pour les soirées de gala. Beaucoup de préparation, de bars, de stands, de structures à mettre en place. Ensuite, pendant les journées de compétitions, 16 disciplines sportives qui se déroulaient à Talmont et ses alentours, les jeudi, vendredi et samedi, j’étais chargé de faire les photos. Encore une fois, ce sont plus de 4 000 photos réalisées. Je peux fournir les liens de ces albums photos, stockés sur un espace Google.

2018 Une année bien remplie

Après ce tour d’horizon général, de ces 5 dernières années, nous arrivons au crépuscule de la 6ème année, l’année 2018. Alors voilà, encore une année bien remplie que je vais vous compter.

Janvier

C’est pour moi une première, l’Open de Rennes. Une première, mais des tâches et en environnement qui me sont familiers. C’est donc du 13 au 30 janvier que j’ai œuvré sur ce Challenger ou se retrouve 32 joueurs professionnels et 16 équipes de doubles. Durant la première semaine, la semaine de montage, j’ai en charge, entre autres, la restauration des bénévoles, le COOR (Comité d’Organisation e l’Open de Rennes) et Directeur du tournoi. C’est nouveau pour moi, mais c’est bien agréable de voir toutes ces personnes lorsqu‘elles sont ravis du repas qui leur a été servi…

Puis, milieu de la semaine, c’est tout le pôle COM qui arrive ! Je les connais pratiquement tous, ce sont les mêmes qu’en Vendée. Une belle entente règne entre nous ! Nous savons que nous allons passer des jours où nous serons, nous devrons être, tous à 200%, et que le mieux, c’est de serrer les coudes, ensemble nous sommes plus forts. Le Directeur, jeune directeur breton, durant le tournoi, n’est pas toujours tendre. Ce qu’il attend de son entourage, et même de ses bénévoles, c’est la perfection ! Oups, cela me rappelle quelqu’un… Une bonne école.

Avec la COM, c’est donc, et surtout, une aide sur la création d’affiche que je réalise avec mes softs préférés, Photoshop et Illustrator.

Puis arrive la semaine du tournoi. C’est une toute autre chose, beaucoup de dévouement, mais aussi beaucoup de plaisirs et de rencontres. Des joueurs professionnels que le jeu nous laisse perplexe, mais des joueurs qui restent accessibles. Cela a été, également, l’occasion de renouer avec l’entreprise JCDecaux, partenaire du tournoi. J’ai donc pu échanger avec Denis BERANGER, Directeur Commercial Zone Nord-Ouest. Lorsque je lui ai rappelé mon nom, il s’est vite rappelé de la Foulée de Sainte Apolline et du Téléthon…

Ce tournoi, a été pour moi, l’occasion de servir au salon VIP. Voilà ce qui me fait vibrer, être capable de passer d’un poste à un autre, répondre présent à chaque fois que le besoin se fait sentir.

En fait, comme en Vendée, j’arrive le premier, le matin et un des derniers à partir le lendemain matin…

Février

Du 5 au 12, la Fed Cup (Coupe Davis féminin). Une chance, en 2014, nous avions eu la chance d’accueillir France vs Australie, en Coupe Davis, cela ne se reproduira plus… Cette année, ce sont les filles qui viennent en Vendée pour rencontrer la Belgique. Un rendez-vous que je ne pouvais pas manquer ! Le capitaine de l’équipe n’est autre que mon idole, Yannick NOAH… L’équipe, les meilleures joueuses (à l’exception de Caroline GARCIA, absente…), Christina MLADENOVITCH, Pauline PARMENTIER. Une semaine de rêve… Je n’ai pas eu besoin de m’inscrire, on est venu me chercher. Pour, encore, le montage, puis, pas assez de chauffeurs, j’ai donc conduit les joueuses et, surtout, mon idole. Cela été l’occasion de conduire des voitures que je ne suis pas près de conduire de nouveau…

Durant la seconde moitié de la semaine, au bord du court, j’ai assisté aux entraînements des joueuses. Là aussi, j’ai des photos mémorables ! Avec Yannick, Christina…

Février et mars

Vacances scolaires, nous profitons des petits enfants, que du plaisir. Puis une semaine de vacances dans le sud –ouest.

Mai

Le dimanche 6, une rencontre de nationale, de tennis féminin. Une rencontre qui se déroule à La Roche sur Yon. J’ai en charge l’organisation de la rencontre, 4 simples et 2 doubles. Le but, que la rencontre ait lieu et dans les meilleures conditions possibles, de sport et de convivialité. Pas toujours simple, il y a toujours un peu d’adversité qu’il faut canaliser. Mais encore une fois, baigné dans ce milieu sportif, entouré de jeunes et de leur capitaine, une jouvence…

Du 22 au 26, encore une fois, les organisateurs font appel à mes services ! Au Tennis Entente Yonnaise, (TEY) club de tennis de La Roche sur Yon, se déroule un tournoi. L’Open de Vendée ! Sa particularité, c’est un tournoi de tennis en fauteuil.

Une semaine de rêve ! J’avais en charge, la sécurité. J’ai rencontré des femmes et des hommes supers. Des personnes qui ne se plaignent jamais, ni sur leur sort, ni sur leur condition de jeu. D’une sportivité sans faille, ils se battent comme des lions pour remporter un point. Il y avait différents niveaux d’handicap, mais des gestes justes et d’une maitrise inimaginable.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est leur humour ! Un p’tit souvenir, une réponse que je n’oublierai jamais. Alors que j’avais suivi la fin d’un match entre deux joueurs en fauteuil, l’un deux, après avoir pris un verre avec son adversaire d’un jour, s’éloigne des courts. Je le retrouve, quelques minutes plus tard, en train de fumer une cigarette. Alors que je lui dis, d’un air compatissant « tu pourrais éviter de fumer », il me répond du tac au tac « il me faut bien un handicap ! » Voilà l’état d’esprit de ces personnes qui sont un exemple ! Durant cette semaine, j’ai pris une grande leçon de vie… C’est ça aussi le plaisir du bénévolat.

Le 25 mai, en soirée, j’ai été sollicité pour faire les photos d’un meeting international d’athlétisme à La Roche sur Yon. C’est un exercice que je n’avais encore jamais fait. Faire des photos sur des courses sur une piste d’athlétisme, du saut à la perche, en hauteur et longueur, du lancer du marteau… Ce n’est pas simple. En plus, les épreuves s’enchaînent, se chevauchent, il faut être réactif, il faut courir ! En fait, le mieux est d’être 2, voir 3, pour couvrir l’ensemble des épreuves. Une bonne expérience, puis les organisateurs étaient ravis du résultat, alors ne soyons pas plus royaliste que le roi ! J’ai passé une excellente soirée, une nouvelle expérience.

Le dimanche 27, une seconde rencontre de nationale, toujours à La Roche, donc en terrain de connaissance et la même équipe locale.

Juin

Le dimanche 3 juin, troisième rencontre de nationale.

Du 16 au 1er juillet, une autre aventure ! Je quitte le tennis pendant quelques temps pour la voile… J’avais déjà répondu à un appel de bénévolat de la part de l’association « Les Bénévoles des Olonnes » pour le Vendée Globe. Cette fois, c’est pour la GGR, la Golden Globe Race. Quelle aventure ! Encore une fois, des rencontres inoubliables. La GGR est une fabuleuse aventure que vont vivre des marins d’exception. La GGR c’est fêter les 50 ans d’une course mythique, un tour du monde identique au Vendée Globe, qui a eu lieu en 1968. Une course où le français Bernard MOITESSIER, alors en tête de la course, décide de refaire un tour du monde, pour sauver son âme… C’est l’anglais, Robin Knox-Johnston, seul finaliste de ce tour du monde sur 9 concurrents au départ. C’est lors de ce tour du monde en solitaire et sans escale, que Donald Crowhurst a fait un voyage imaginaire au tour du monde. En fait il naviguait en cercle dans l’Océan Atlantique, donnant de fausses positions faisant croire qu’il était en tête. Il finit par la perdre, la tête ! Après avoir décrit avec beaucoup de détails, dans son journal de bord, il finit par se laisser glisser par-dessus bord, dans un probable suicide…

Cette édition, ils seront 18 inscrits à prendre le départ ! 19, durant quelques temps, Lionel REIGNER, un ami depuis que je suis à Talmont Saint Hilaire, était inscrit. Puis après quelques essais de son bateau, acheté pour l’occasion, il a estimé que c’était beaucoup trop de risques, et qu’il avait de jeunes enfants qui avaient encore besoin de lui. C’est donc avec sagesse qu’il renonce et revend son bateau. Ce bateau est actuellement en 3ème position et va bientôt passer le Horn.

Parmi les concurrents, le plus populaire, Jean-Luc VAN DEN HEEDE, plus connu sous le diminutif VDH, n’est autre que Chaumois ! Attention, ne dites pas qu’il est des Sables… Ce skipper, le plus ancien à prendre le départ, 73 ans, détient déjà un nombre impressionnant de records, nombre de fois le passage du cap Horn et le nombre de tour du monde. Le record du tour du monde à l’envers.

Une seule femme au départ, la plus jeune des concurrents, 27 ans, une britanique, Susie GOODALL. Un fabuleux bout de femme, un skipper à la hauteur de tous les hommes. Actuellement 4ème, mais qui compte bien monter sur le podium.

Mon engagement durera 2 semaines. Les vacations allaient du contrôle d’accès, du village, des pontons, ou encore à la manœuvre d’une passerelle qui donnait accès au ponton du Vendée Globe pour les skippers et officiels. Je faisais de 1 à 2 vacations par jour, selon les besoins des organisateurs.

Cela a été l’occasion de côtoyer ces skippers, de monter sur leur bateau, d’échanger avec eux, mais aussi avec leur famille. Les suivre au jour le jour, dans leur préparation finale. De connaître leur angoisse, leur empressement de prendre le large, se libérer…

Cette grande fête de la voile a été aussi l’occasion d’accueillir des bateaux mythiques, des bateaux qui ont marqué l’histoire, la petite histoire, mais aussi la grande.

Les deux premiers, les plus mythiques, les plus petits, et certainement, les plus anciens !

Le SUHAILI, le bateau de Sir Robin Knox-Johnston, seul skipper qui a fini la première édition d’un tour du monde sans escale et sans assistance, et surtout pas électronique. Une navigation à l’ancienne, au sextant, à la carte et à la boussole.

Le JOSUHA, le bateau de Bernard MOITESSIER. Ce marin, faisant le tour du Cap Horn, décide de continuer le voyage par un second circuit sur l’Océan Austral, qui s’est terminé à Tahiti pour « sauve mon âme » dira-t-il, plutôt que de revenir à la civilisation. Vainqueur probable et d’une renommée certaine.

Deux bateaux sur lesquels je suis monté ! J’ai pu me rendre compte combien il n’avait pas dû être confortable de faire le tour du monde dans de si petits espaces et dans des mers, parfois, souvent, déchainées.

J’ai même eu la chance de faire une sortie en mer sur le JUSHUA.

Mais comme le bénévolat a aussi ses charmes, ses avantages, que de temps en temps, nous arrivons à tirer, cette quinzaine du GGR était aussi l’occasion d’accueillir d’autres bateaux de renom ! Certains ont marqué un moment de ma vie.

Ces bateaux, pour lesquels j’ai un attachement tout particulier ! Sur les pontons, se sont amarrés, les Pen Duick II, III, V & VI et la Goélette « la Belle Poule »… Les Pen Duick, bateaux du regretté Eric Tabarly, la Goélette, bateau école de la Marine Nationale.

J’ai fait mon service militaire dans la marine. En 1973, j’étais à l’arsenal de Brest. Durant 6 mois, mon bateau était accosté sur le même quai que les Goélettes, « l’Etoile » et « la Belle Poule ».

Durant ce temps, nous avions la possibilité de faire de la voile dans la rade. J’étais sur l’eau, à bord d’un corsaire, lorsque le Pen Duick VI fut baptisé et mis à l’eau.

Deux bateaux sur lesquels je n’étais jamais monté. Ce GGR fut pour moi l’occasion de réparer cet oubli. Même mieux ! Pour la Goélette « la Belle Poule », j’ai eu droit à une visite en particulier et particulière… En effet, c’est avec Arnauld BOISSIERES, concurrent du Vendée Globe 2016, la Mie Câline, et qui prépare son bateau pour la prochaine édition, que j’ai fait cette visite.

Les 2 semaines passent bien vite ! Le 1er juillet, c’est le départ. Je suis de vacation tôt le matin. Libéré à 11H, le départ à 12H30, j’ai tout mon temps pour me préparer pour un reportage photos. Et, encore un avantage, avec ma tenue de STAFF, tous les accès me sont ouverts, ça facilite…

Juillet

Ils sont partis ! Enfin presque… Alors que nous sommes, dans l’après midi, invité à une petite réception en l’honneur des bénévoles, pour nous remercier… Des bénévoles, devenus des amis viennent me voir et me demande « tu es électricien ? », aurais-je dû ne pas répondre ? Bien sûr que non… C’est alors qu’ils m’annoncent que seuls 17 skippers avaient pris le départ ! Un concurrent italien n’a pas pris le départ, son bateau n’était pas prêt, il restait beaucoup de travail à terminer en électricité. Ils me proposent de le rencontrer et de voir avec lui si je peux l’aider. Aussitôt dit, aussitôt fait ! Nous nous dirigeons vers le ponton où se trouvait ce bateau.

Je me présente à ce skipper et je lui explique que je suis électricien et je lui demande s’il veut que je l’aide. Une fois la surprise passée, c’est avec des grands yeux de satisfaction qu’il accepte ma proposition. Nous échangeons nos 06 et donnons rendez-vous pour le lendemain. Pour rester dans la course, il doit partir, au plus tard, le 21 juillet.

Dès mon arrivée sur le bateau, le lendemain, je constate l’ampleur du travail qu’il reste à faire ! Sans compter que je suis électricien bâtiment, et non bateau… Mon passage au BE JCDecaux va me servir… Et c’est parti pour 3 semaines de travail sur ce bateau au nom prédestiné « 007 », je rajoutais souvent « permis de réaliser tes rêves ».

Trois semaines, c’est le temps que Franscesco CAPPELLETTI, a pris pour peaufiner sa préparation, il ne voulait rien laisser au hasard. La course est partie depuis quelques jours que 2 concurrents cassent leur régulateur de vitesse, ce qui les oblige à faire une halte dans un port ! Du coup, ils ne font plus parti du classement officiel, mais rentrent dans une autre catégorie. Francesco, utilisant le même régulateur, prend des informations auprès du fabricant pour consolider la pièce défaillante. Il voulait mettre toutes les chances de son côté…

Je ne me suis pas cantonné aux installations électriques, la plomberie fut aussi une partie de ma participation. Trois semaines passées ensemble dans un endroit si exigu, créent des liens ! Une certaine amitié, une complicité. Le second week-end, envie de faire une pause, je l’invite, lui et sa compagne à venir chez moi, puis aller, tout prêt de mon domicile, à une fête annuelle, la fête des moules. Une pause appréciée qui a, encore un peu plus, créé des liens d’amitiés.

Puis arrive le jour, l’heure du départ. La veille, en fin de journée, nous faisons une sortie en mer, avec sa compagne et un journaliste italien, Francesco voulait tester ses voiles. Que du bonheur ! Une sortie en mer sur ce bateau qui va prendre le départ pour un tour du monde.

Le lendemain, c’est la fête ! Sur le ponton c’est la cohue… Les bénévoles qui, 3 semaines plus tôt, m’ont sollicité pour venir en aide à Francesco, sont là. Les officiels, l’organisateur du GGR, la presse, des amis italiens, et de nombreux curieux. Ce sont les « aux revoir », les adieux ! Puis Francesco et son 007 jettent les amarres.

Mais il ne va pas partir seul ! Deux bateaux vont l’accompagner, dans le premier prennent place les officiels. Dans le second, un semi-rigide de 6m, dans lequel je suis invité à prendre place, aux cotés du journaliste italien et de la compagne de Francesco. Je ne m’y attendais pas, même si je l’espérais… Une reconnaissance, un geste que j’ai, oh combien, apprécié.

Nous l’avons donc accompagné durant une bonne heure, puis nous avons coupé les gaz pour le regarder s’éloigner. Il prenait le large, il partait pour vivre son rêve, et j’étais heureux et fière de l’avoir aidé et le voir prendre la mer.

Une très belle aventure que je ne suis pas près d’oublier ! Merci le bénévolat…

Le 25 juillet, après une telle aventure, besoin de journées de détente. Je suis juge-arbitre, mais aussi, capitaine d’une équipe « Seniors plus 55 ans ». Je voulais passer une journée, autre que tournée vers le tennis, avec mon équipe. Je leur ai donc organisé une journée de kayak avec ravitaillement sur le parcours et barbecue dans la forêt au dessus du port de la Guittière, joyaux de Talmont. Je n’ai fait que des heureux, moi le premier…

Juillet, août et septembre sont les mois où un ami ostréiculteur, installé au port de la Guittière, organise, 2 soirs par semaine, des dégustations d’huitres. Les soirées se terminent avec le coucher de soleil, souvent, très souvent, fabuleux. C’est l’occasion, pour moi, de l’aider à ouvrir les huitres, servir, débarrasser ou encore laver la vaisselle. Encore du bénévolat, rendre service, rencontrer du monde, vivre des moments de partage ! Vraiment pas le temps de s’ennuyer lorsqu’on est en retraite…

Dès septembre, reprise du Championnat départemental, des entraînements et des cours de tennis…

Octobre, novembre

Du 28 octobre au 13 novembre, ce sont les ITV, Internationaux de Tennis de Vendée. Les ITV, cette année, c’est la 6ème édition. J’y participe depuis le début. Je venais d’arriver en Vendée. Un appel aux bénévoles, via la messagerie, envoyé par le Comité Vendée de tennis, je m’y inscris tout de suite. La première année, j’aide au montage, puis durant le tournoi, je suis souvent sur le parking, personne ne veut y aller ! Pas étonnant, 99% des bénévoles, sont des joueurs de tennis. Sur le parking, ils ne rencontrent pas les joueurs, ne voient pas les matches… Alors même si ce n’est, évidemment, pas le meilleur endroit, j’ai pour habitude de dire que lors que nous sommes bénévoles, nous sommes là pour être utiles et non pas être un fardeau à l’organisation ! Alors je le fais…

Dès la seconde année, le directeur me proposa la responsabilité des bénévoles pour le montage, le démontage et le parking. Dès lors, ce furent des journées qui commencèrent à 8H et finirent à 22H, durant la semaine de montage, puis de 7H à 1H, ou 2H du matin, durant la semaine du tournoi. Je suis, également, vite sollicité par la Com pour les aider, notamment leur réaliser les affiches. Mais aussi sur des animations, comme la journée Kids Day.

Le parking, cette année là, fut une vraie galère, je fus confronté au problème des bénévoles qui ne voulaient pas de ce poste. Quant à moi, mes occupations, ma charge, ne me permettaient plus de rester sur le parking.

L’année suivante, le Directeur du tournoi me donna carte blanche pour trouver une solution. La solution a été de faire appel à une association de cycliste, le Vélo Club des essarts. Des habitués de la gestion du parking du Puy du Fou. Des papis à toute épreuve ! De la météo, des grincheux, des VIPs toujours pressés et exigeants, des autres spectateurs qui râlent parce qu’ils doivent marcher un peu plus que les VIPs. Enfin, pas facile, mais pour eux, un jeu qu’ils adorent… Et voilà le tour est joué, et depuis, tous les ans, ils sont présents.

Depuis les attentats, un 4ème poste, la sûreté. Je dois gérer des bénévoles qui vont, pour certains, se balader dans le Vendéspace, d’autres être à des accès stratégiques et des derniers sur le court annexe et sur le central. Une surveillance, garantir le calme, éviter des mouvements de foule, ou encore assurer la sécurité des joueurs aux abords des courts. Plus de la psychologie que de l’action, nous ne sommes pas des Benalla…

Après le dernier coup de raquette donné, arrive le moment du démontage ! Et oui, alors que le salon VIP est encore rempli de monde, c’est le temps du démontage… Régulièrement, c’est une journée qui se termine entre 1H et 2H du matin. Plus nous sommes avancés dans le démontage le dimanche soir et plus nous terminerons tôt dans le début de la semaine qui suit.

Pendant la période des ITV, j’arrive le premier, en octobre, je repars le dernier en novembre, comme chaque jour, j’arrive le premier, pour repartir, pratiquement, le dernier. Mais lorsque je pars, que tout est terminé, durant un jour ou deux, c’est le grand vide ! Même sentiment que je ressentais à la fin de chaque Téléthon…

Ensuite, je reprends mon activité de capitaine d’équipe, puis, le 2 décembre, une dernière rencontre de championnat de pré-nationale à juge-arbitrer.

Le jeudi suivant, en allant à un entraînement de tennis, je prends connaissance de l’organisation d’un Téléthon dans un club voisin. Le Tennis Club Olonnais se proposait de faire 24H de tennis (24H de Téléthon, tien tien, ça me rappelle quelque chose). C’est le début de l’après-midi, j’appelle la présidente du club et je lui propose de tenir un « Bar à Huîtres » pendant ces 24H. La présidente est tout de suite emballée et accepte ma proposition.
Occupé toute la journée, c’est dans la nuit que je conçois une affiche pour la mettre sur ma page Facebook et l’affiche, le lendemain matin, dans le club house du TCO.
J’appelle un ami ostréiculteur pour qu’il me fournisse des huîtres, du citron et du vin blanc.
Et voilà, le vendredi soir, 17H30, je suis sur place pour ouvrir, à 18H, un Bar à Huîtres. Durant ces 24H, ou presque, j’ai ouvert des huîtres ! Des assiettes de 6 huîtres à 4 euros et 2 euros le verre de vin blanc. L’assiette était accompagnée d’une rondelle de citron, d’une tranche de pain et une noix de beurre.
Dans la nuit, j’ai pu, entre deux assiettes, taper un peu la balle.

L’année est presque terminée ! Une dernière action, pour les ostréiculteurs du port de la Guittière, mais aussi, et surtout, pour les tout-petits, depuis 3 ans, le 24 décembre de 9 H a 18 H, j’endosse un superbe costume de Père Noël. Là aussi, que du bonheur ! Les yeux, admiratifs, des tout-petits, font oublier la fatigue de la journée…

Et voilà, l’année se termine ! Une année bien occupée… Seul inconvénient de cette activité débordante, le temps passe très vite, mais alors très vite, et les années s’accumulent. Je brule mon temps, comme une bougie qui se consume. J’espère que ma bougie, n’est pas une bougie, mais un cierge et qu’il ne se consumera pas trop vite…

Reprise de mes activités de bénévole, deuxième quinzaine de janvier pour l’Open de Rennes.

Bonne fin d’année.
Jean-Pierre

 

One thought on “Un retraité actif bénévole

  1. Merci d’avoir reporté cet article ! Je le croyais trop long pour qu’il soit mis en ligne, mais non…
    Bien évidemment, je continue mes activités de bénévoles.
    Cette année, à l’Open de Rennes, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller à la rencontre d’une équipe JCDecaux qui venait poser des MUPI sur platine pour l’Open… JCDecaux étant partenaire de cet évènement.
    Lorsque j’ai expliqué que j’étais un retraité de l’Entreprise, le plus ancien de l’équipe m’a demandé à quel endroit je travaillais. Lorsque je lui ai dit « au Bureau d’Etudes » et que j’ai décliné mon identité, nous sommes partis dans les souvenirs pendant une bonne 1/2 heure. Il a évoqué la Foulée de Sainte Apolline et, tout naturellement, le Téléthon. Il s’est rappelé sa participation…

    Je me suis empressé de rentrer, dès le démontage effectué, à Rennes, le 1er de la Golden Globe Race arrivait ! Il avait un peu trop d’avance sur les perspectives d’arrivée, j’ai manqué son arrivée en mer…. Mais le soir, à peine rentré, j’étais à la soirée organisée en l’honneur du vainqueur. Formidable vainqueur, Jean-Luc Van Den Heede, plus connu sous le sobriquet VDH, à 73 ans, il remporte cette course au tour du monde, à l’ancienne, en 211 jours, 23 heures et 12 minutes.
    J’étais invité par un ami, sous le prétexte d’ouvrir des huîtres ! Soirée inoubliable, où VDH a pu se défouler avec son groupe (et oui, il chante aussi) accompagné par un ami à lui, Hugues Aufray. Comme quoi le bénévolat à du bon…
    Samedi, c’est le 3ème qui arrive, normalement je serai en mer pour l’accueillir, mais en soirée, je suis de nouveau convié pour ouvrir des huîtres…

    L’autre bon point du bénévolat ! C’est que nous sommes vivants…
    Je ne sais pas à quel endroit en parler sur le site.
    J’ai appris par un ami, encore en activité, Thieric, la disparition d’un ancien du BE, joueur de tennis comme moi, Jacques DUHAMEAU.
    Nous avions échangé nos 06 lors du dernier rassemblement, il venait assez souvent sur les Sables d’Olonne…

    Je ne serai pas au prochain rassemblement, les dates qui ont été choisies sont également les nouvelles date des Internationaux de Tennis de Vendée ! Etant responsable d’un certain nombre de bénévoles, je ne peux m’absenter… Ce sera pour une prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *